COSMA tableaux en relief
COSMA tableaux en relief

L'artiste

Dès les années 30 la peinture de COSMA était engagée dans la voie qui devait la mener progressivement à l'abstraction. Cependant elle devait tout au long de son évolution comme encore aujourd'hui, garder, selon le mot de Matisse, "une racine enfoncée dans le réel". Les toiles de cette époque révèlent un métier solide et brillant qui s'exprime dans des paysages construits à coups larges et puissants. Construction, solidité, ce sont déjà les qualités que l'on retrouvera plus tard dans ses volumes et sa géométrie. A l'exception de quelques toiles dans des collections particulières, la plus grande partie de l'oeuvre de COSMA disparaîtra dans la tourmente de la guerre: ainsi en 1944 les douze grandes peintures d'Epaignes s'envolent dans les flammes de l'incendie de l'église. 

Suivront des années presque exclusivement consacrées à l'enseignement artistique et au dessin. Puis COSMA reprends ses pinceaux avec de grandes représentations de volumes imaginaires. Dans les années 60 apparaissent les premières tentatives de déformation de la toile. La technique sera longue à mettre au point et à maîtriser mais elle aboutira à une expression inédite et originale passionnante.

Sur les volumes blancs qu'elle affectionne particulièrement et qu'elle souligne de couleurs pures, la lumière courre modelant les courbes. La joie nait souvent du contraste entre cette douceur et la dureté des lignes. Parfois le tableau se résume en un graphisme abstrait, composition pure ou bien simple et formel volume, mais souvent un sujet simplement évoqué, ou au contraire résolu comme une équation, vient justifier l'image et lui conférer une intensité nouvelle.

C'est sans doute de ce cheminement subtile et incertain entre réel et abstrait que naît en grande partie l'attrait qu'exerce sur nous toute l'oeuvre de COSMA.

Galerie Visconti - Paris 6°

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Patrice Malavieille